Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/02/2010

La fracture linguistique

Pour se faire élire, un candidat à l'élection présidentielle avait fait toute sa campagne en mangeant des pommes et en parlant de la "fracture sociale"....et ça avait marché.
Il y a peu de temps, on a découvert en France la "fracture numérique" qui touche ceux qui n'ont pas d'ordinateurs personnels et/ou ceux qui n'ont pas accès à l'ADSL.
Et bien moi, je viens de découvrir une nouvelle fracture: "LA FRACTURE LINGUISTIQUE"!!!

Quand je sors, je suis attentive à ce qui se dit  autour de moi et je trouve que c'est de plus en plus "gras".Ainsi, il n'est pas rare d'entendre des filles dire: tu me casses les couilles , va te faire enc...ou, joignant le geste à la parole, je les ai gros comme ça....C'est devenu tellement commun que personne ne semble y faire attention.

Par contre, quand je suis les infos ou des débats , aussi bien à la radio qu'à la télévision ,j'ai le sentiment de me trouver sur une autre planéte. Là, certains mots font peur.

Ainsi, on ne dira plus: il est aveugle! On parlera d'un "mal voyant". Pareil pour une personne sourde,elle sera "mal entendante" Quant à un handicapé, on utilisera la périphrase: "une personne à la mobilité réduite".
Viennent ensuite la "mal bouffe" chére à José Bové et tout dernierement plutôt que de parler de taudis ou de logements insalubres, on discute du "mal logement".
Le résultat de se décalage, c'est que l'on cultive la fameuse langue de bois et quand une personnalité appelle un chat, un chat,c'est le grand émoi!!!

C'est ce qui vient d'arriver à Georges Frêche, qui n'a pas la langue dans sa poche et qui a trouvé que Laurent Fabius n'avait pas "une tronche trés catholique" .Comme ici, c'est une expression largement utilisée, elle n'a pas choqué et il a fallu attendre un bon mois pour que la presse parisienne s'en empare et alors là, quel tollé!!!!

On a du sortir les dictionnaires pour expliquer tout azimut sa signification: quelqu'un qui n'est pas fiable et surtout que ça n'avait aucune connotation raciste ou antisémite comme on a voulu le faire croire.
Cela a fait couler beaucoup d'encre et de salive mais la question reste posée: comment se faire entendre et comprendre quand on se trouve si eloigné?

Aïda, la Shar Pei qui réfléchit aux moyens à mettre en oeuvre pour réduire cette nouvelle fracture.


  

 

fracture_sociale.jpg

Les commentaires sont fermés.