Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/01/2010

La théorie du triangle

 

Epilation-maillot-toutes-les-questions-que-l-on-se-pose-3_image_sousdossier_portrait.jpg


Avec un tel titre, nous nous sommes demandées si maintenant, ELLE, (le magazine),faisait de l'initiation aux mathématiques. Et bien non, ce n'est pas le cas et je vous laisse découvrir ......l'article.
Etonnant!!!


On aime bien se dire que certaines parties de notre corps échappent au conformisme et aux canons esthétiques du moment, mais pas à notre liberté. On pourrait imaginer que l’épilation pudiquement appelée du maillot est un domaine où la norme sociale n’intervient pas : chaque femme fait ce qui lui plaît et aucune mode ne vient la contraindre ou inspirer son intimité. Or, il suffit de comparer des films grand public des années 70 avec d’autres des eighties jusqu’à aujourd’hui pour redécouvrir l’évidence : il est très difficile d’échapper aux tendances. Pis encore : même les reconstitutions historiques les plus pointues se refusent à contredire le diktat du jour en matière d’épilation. La Lady Chatterley de Pascale Ferran porte des dessous très variés et historiquement fidèles, mais, lorsqu’elle est nue, elle ne montre pas l’origine du monde. Son pubis est celui d’une jeune femme d’aujourd’hui : soigneusement épilé. Le pubis, pourtant la plupart du temps dissimulé, serait plus contraint esthétiquement que tout autre lieu corporel. C’est du moins ce que le cinéma semble démontrer.
Comment l’uniformisation se propage-t-elle ? « Par les films pornos », disent en choeur les esthéticiennes de quartier, qui constatent une augmentation constante de la demande d’épilations intégrales ou sous forme de ticket de métro, et ce malgré la douleur. Toutes les clientes n’en sont pourtant pas des spectatrices assidues et peu d’entre elles les citent comme source. Beaucoup lient leur détestation des poils à des motifs hygiéniques. Cécile : « Les poils, où qu’ils se situent, retiennent la transpiration et le reste. » Mais elle reconnaît que cette raison tient peu, puisqu’elle se lave tous les jours. Etre lisse de partout, comme au premier jour de sa vie, serait son idéal, même si elle n’a encore jamais rencontré de bébé qui naisse déjà propre. Très souvent, l’épilation est associée à l’érotisme. « C’est mieux », disent-elles, sans que la distinction entre leur désir et celui de leur compagnon ne soit établie. Un point de vue qui semble faire fi de décennies de féminisme. « Le comble du pire, c’est l’érotisme, nous avait confié Catherine Breillat. Cette chose gratuite, inventée pour montrer que le corps des femmes est appétissant et esthétique. Longtemps, le cinéma n’a pas été capable de filmer autre chose : des pin-up. Ou encore, la femme fatale. De fait, ce mythe périmé de la femme dangereuse propagé par le cinéma est en adhésion avec toutes les lois qui mettent les femmes sous tutelle. » La cinéaste avait le projet d’étudier le métier de ceux qui sont chargés d’effacer les poils sur les photos pornos japonaises, où ils sont prohibés. Etrangeté : la libération de la femme et des images de son corps qui prolifèrent dans les lieux les moins attendus aurait pu conduire à une diversité des modèles. En matière d’épilation comme du reste, ce n’est pas le cas. En cette période où le bio est loué, le naturel et la liberté de choisir reprendront-ils le dessus ? A ELLE, c’est le pari de la rédaction.

 Daisy, la shar pei pour qui les problémes de poils ne se posent pas

Commentaires

Pour moi , la question ne se pose pas ! Comme tous les hivers , Dame Nature remplace ma fourrure et actuellement , j'ai le cul d'un singe ! Pas besoin d'institut pour être à la mode ! C'est gratuit ! Et je remets ça au printemps !!! Jamais un poil de trop !

Écrit par : DUNE | 24/01/2010

Les commentaires sont fermés.